L’OIM poursuit son intervention dans les opérations de rapatriement des ex-réfugiés angolais

La dernière opération de rapatriement volontaire des réfugiés angolais installés en République démocratique du Congo (RDC), pour certains depuis 1962, début de la longue guerre d'indépendance contre le Portugal, a commencé  le 28 Août 2014.

En tout, 29 000 Angolais devaient être  rapatriés, s'ajoutant aux 76 000 qui étaient déjà rentrés au pays depuis 2003, début des opérations de rapatriement volontaire organisées de concert par le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), la République démocratique du Congo et  l'Angola. 

Les activités de l’OIM dans cette opération, financées au début  par le gouvernement du Japon, de mars 2013 à février 2015, cofinancé par UNHCR entre Août 2014 et mars 2015, vient de bénéficier d’un nouvel appui des Etats-Unis pour le prolongement des activités jusqu’au mois de juillet 2015.

En effet, l’OIM a reçu un financement additionnel du Bureau des Refugiés et de la Migration du Département d’Etat américain pour poursuivre  ses activités dans les opérations de  rapatriement  volontaire des ex-réfugiés angolais au centre de transit de kimpese dans le Bas-Congo.

Pendant trois  à cinq jours,  l’OIM assiste les ex-refugiés en provenance de Kinshasa et du Bas-Congo, en termes de restauration et de soins médicaux, au centre de transit avant leur départ vers l’Angola.

D’ici la fin de cette dernière opération, prévue pour le mois de juin 2015, 2500 ex-refugiés supplémentaires sont attendues pour leur rapatriement vers l’Angola.

Contact : Emery Kianga, E-mail : ekianga@iom.int